Mon besoin de liberté est immense et insatisfait.

J’ai un rêve un peu fou. Pourtant je suis certaine qu’il est réalisable. Il le sera pour moi, un jour.

Je me dis que si on a un ou des rêves irréalisés c’est que quelque part on vit une insatisfaction.
Mon insatisfaction c’est d’être bien partout et de n’être bien nulle part. Et oui, j’ai le don d’être simple dans ma tête !

Si l’indépendance est signe de liberté alors je suis libre oui.

Et pourtant, malgré toute ma liberté du haut de cette indépendance, je reste insatisfaite. Limite frustrée bien que le mot soit quelque peu violent.
D’où me vient cette insatisfaction ? D’être liée ici ou là par une adresse et tout ce qu’il y a à l’intérieur. Une clé qui me ramène au même paysage, aux mêmes bruits, au même tout jour après jour.

 

Mon rêve ? Vivre en van ! Mon unique adresse : une plaque d’immatriculation. Aller ici et là au gré de mes envies, de mes besoins d’iode, de montagne, de campagne, de ville. Être au chaud chez moi tout en étant partout.
Rencontrer les autres sans jamais me montrer. Me mêler sans me mélanger. Être parmi tous toujours incognito.

 

Cette vérité m’est apparue il y a trois ans environ. Une prise de conscience qui m’a rappelé que j’ai toujours vécu de cette façon à ma manière.
Mais d’autres réalités se sont imposées à moi. La maladie, un décès ont eu raison de mes rêves. Ils les ont effacés comme on souffle une bougie sans même que je m’en rende compte. Impossible d’écrire. Impossible de voir demain.

Puis, la vie a repris ses droits et mes rêves se sont Ève-illés avec plus d’ardeur, plus de fougue, plus de réalité.
Le départ d’une amie  de très grande valeur, à qui j’ai fait une promesse, m’aura poussé à faire un pas de géant en me relançant dans l’écriture. Moi qui n’osais pas, moi qui doutais encore et toujours, moi qui reportais sans cesse. Grâce à elle, sans que jamais elle ne le sache, je fais des rencontres merveilleuses et inspirantes.

Voilà la raison qui me porte à dire que mon rêve de pleine liberté sera réalisé. Mon van je l’aurai et je pourrai être partout chez moi.

 

0

2 commentaires / Quel est ton avis sur cet article ?

La parole est à toi :)

%d blogueurs aiment cette page :