Voilà ce que j’avais prévue d’envoyer la semaine dernière et puis je me suis dit que ça allait passer alors j’ai laissé courir. Comme mon état d’esprit n’a pas tellement changé je garde le même texte, à l’état brut de décoffrage.
Finalement ça rejoint ma dernière publication. Je pense que tout est lié.

Toujours d’actualité

Cette semaine j’avais le choix entre deux articles plus inspirés mais ils ne reflétaient pas mon état d’esprit du moment alors je les ai relayé dans la case “on verra plus tard”. L’un est prêt depuis le début de l’année, l’autre depuis une dizaine de jours environ. Ils peuvent bien attendre encore. Aujourd’hui c’est billet d’humeur dans toute sa splendeur. Tout ce qu’il y a de plus insipide et je ne m’en excuse même pas.
Je pense que je me positionne dans le top 5 des “qualité zéro”.
En revanche, j’ai fait un petit effort pour mes abonnés dans l’espace V.I.P. J’espère qu’ils apprécieront.

J’ai envie de rien faire et je le fais très bien.

J’ai plus l’envie, j’ai plus l’entrain alors j’ai fermé fb, j’ai fermé twitter, j’ai éteint mon téléphone, j’ai rebouché mon stylo et j’ai tourné le dos à l’extérieur. J’en profite même pas pour faire une introspection.
Je regarde par la fenêtre. Le soleil est au rendez-vous, il fait chaud. L’été refuserait-il de s’avouer vaincu ? Ou serait-ce un dernier sursaut de beau temps avant la phase de froid, comme pour nous dire “à bientôt” ?
Autant de considération dont tout le monde se cogne, moi la première. Le soleil est là c’est tout, faut pas chercher plus loin.
Qu’est-ce que je fais de mon temps ? J’écoute Vivaldi et ses 4 saisons. J’avais pas fait le rapprochement avec le temps. C’est drôle comme le cerveau sait déjà ce qu’il y au bout du clavier avant même que les doigts l’écrivent. Incroyable. je suis bluffée. Coïncidence ? J’avais aucune idée de ce que j’allais taper. J’ai laissé les mots prendre leur place ou en tout cas une place. L’inconscient ne l’est finalement pas tant que ça.
Enfin bon, je ne fais pas qu’écouter Vivaldi mais je mets beaucoup de musique classique dans mes oreilles cette semaine et je me noie dans des séries sur le web et j’ai commencé de lire un bouquin mais même ça j’ai pas le goût.
J’ai bien commencé deux textes courts mais je n’en suis pas satisfaite. Je les laisse reposer. Je sais que j’y reviendrai car les idées me plaisent, pas ce que j’en ai fait.

Aujourd’hui

Non, je n’abandonne pas. Ce serait tellement plus simple pourtant. Tellement reposant, peut-être, aussi.
Mais je vais être honnête avec toi, si je ne laisse pas tomber c’est parce que j’ai un paquet d’articles qui attendent et il est hors de question de les avoir écrit ou démarré pour rien ! Et puis j’ai toujours ce respect envers toi malgré tout.
Tu vas me dire, oui mais et tes billets prêts depuis des lustres tu peux les diffuser quand même.
Logiquement oui, mais comme je ne suis pas dans l’état de parler de publication, d’inspiration ou de l’avancée de mes travaux entre autres, ben je les garde pour plus tard.
M’en veux pas, je fonctionne comme ça. Quand je suis dans un truc, je le suis complètement ou pas du tout. En ce moment je suis nulle part, complètement.

Share Button
1+