Abandonner puis résister

Hier, j’ai voulu tout lâcher. J’ai voulu abandonner. Ranger mes stylos, brûler mes cahiers, m’extraire du cadre qui est le mien.
Hier, j’en avais assez. Je me suis sentie seule, désemparée. Alors j’ai dansé pour oublier que rien n’allait sur ce chemin.
Hier, je n’étais rien. Rien d’autre qu’une page blanche défraîchie qui refuse de se laisser apprivoiser.
J’en avais la nausée, n’arrivais plus à respirer. Hier, j’allais tout abandonner.
Je me suis prise dans mes bras et je me suis soufflée “ça va aller. Ne t’en fais pas, ça va passer.”.
J’ai fait semblant d’y croire et je me suis souris pour me rassurer.
Hier, je me suis rappelée qu’écrire c’est douter ; qu’écrire c’est se faire mal aussi.

 

 

 

 

 

 

1+

La parole est à toi :)

%d blogueurs aiment cette page :