Ève,

Deux ans déjà. Une éternité pourtant si proche.
À cette heure là, il y a deux ans, j’étais au sol effondrée par la nouvelle de ton départ. Ce soir là devait être une fête puisqu’on s’était données rendez-vous pour regarder le même programme : Muse à 19h. 

Quand notre groupe préférée a fait son apparition à la télé, j’étais au téléphone qui m’annonçait un message que je refusais d’entendre.
Mon amie, ma sœur, je pense à toi tous les jours. Je te parle souvent. Parfois tu me fais savoir que tu es là et toujours je souris.
Excuse-moi pour toutes les fois où mes yeux sont humides quand je plonge dans nos souvenirs et me projette dans ce qui nous restait à partager encore.
De tes cieux tu me regardes avancer quand dans mon coin j’imagine tes conseils ou tes réponses à mes questions.
J’ai beau savoir que tu es là, ta présence me manque, ta voix me manque, ton rire me manque. Plus jamais tu ne répondras à ma question : “c’est quand que tu montes à Paris ?”
Deux ans que je ne te le demande plus. On n’aura jamais fait aussi long.

La seule façon que j’ai trouvée pour me consoler est de me rappeler que j’ai eu la chance inouïe de te connaître et d’être ton amie.

Share Button
2+
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •