Tous les auteurs le savent, écrire est une activité où l’on est seul.
Seul devant son écran ou sa feuille.
Seul avec ses doutes, ses questions.
Seul avec son découragement parfois, ses élans de joie aussi.

Il est pourtant si bon de partager toutes ces émotions avec quelqu’un qui comprend.

 

Un groupe d’auteurs c’est quoi ?

C’est une “alliance” entre plusieurs auteurs pour ne plus être seul et échanger avec des gens qui ont les mêmes “problématiques”, les mêmes désirs, la même passion.

1.   Concrètement, on y fait quoi ?

  • On donne son avis d’auteur sur les textes et avancés des autres “membres” du groupe.
  • On discute des imperfections rencontrées lors de la lecture de ces textes, il y en a toujours même si elles ne sont pas nombreuses (répétitions, fautes, tics d’écriture, mauvaises formulations…).
  • On répond aux angoisses, doutes de chacun.
  • On remotive les troupes quand on sent que la procrastination ou l’envie de tout abandonner d’un des “membres” se fait sentir.
    C’est un réel stimulant qui galvanise à 200 %
  • On partage ses connaissances dans un domaine lié à l’écriture.

Je ne donne, ici, que des exemples de ce qui peut se faire. C’est aux “membres” d’organiser le fonctionnement du groupe selon les attentes de chacun. Il n’y a pas de règle, pas de mode d’emploi.
Tout le monde participe, à son niveau. C’est une entre aide à tous les étages. Parce qu’il faut aussi accepter de ne pas en être au même stade que son voisin. C’est ce qui fait toute la richesse de ces groupes d’auteurs.

2.   Le nombre de “participants” est important

On est un groupe dès que l’on dépasse le chiffre 1. Jusque là rien de nouveau. Deux est donc le minimum.
Mais avant de se lancer à monter son groupe d’auteurs avec 15 000 “confrères” il faut penser :
–> qu’il faudra lire les textes des copains –> qu’il faudra donner un avis sur ces textes –> donner son avis signifie avoir un temps de parole pour chacun des participants.
=> ce cycle devra se répéter pour chaque texte ou chaque problématique de chacun des participants ! => ça nécessite de prendre du temps avant les rdv et pendant les rdv qui, même si on se fixe un horaire de début et de fin, peuvent être tellement enrichissants qu’on manque de temps pour tout se dire.

De ce fait, un petit nombre est bien suffisant pour créer un groupe d’auteurs. 3 participants semblent être une bonne alternative car ça permet d’avoir 2 avis différents sur un même texte. 4 est un maximum.
Faites l’expérience, vous verrez.

3.   La fréquence des rdv

Là encore il n’y a pas de règle. Une fois par mois, tous les 15 jours… c’est comme vous le sentez entre vous.
Rien n’est gravé dans le marbre non plus. La fréquence peut changer selon vos besoins et selon comment vous vivez cette émulation de groupe.
Au début, on se fixe une règle pour une bonne cohérence et voir comment ça fonctionne et puis ensuite on ajuste. L’important est de se mettre d’accord tous ensemble.
Notez cependant qu’une régularité est nécessaire pour bien travailler.

4.   Quels outils utiliser pour les rencontres ?

  • D’entrée de jeu je pense à Skype. On peut se parler, se voir, faire des partages d’écran, s’envoyer des documents. C’est très complet selon moi.
  • Si vous souhaitez allez plus loin d’un point de vue organisationnel je vous invite à utiliser Trello (gratuit) pour déposer textes, commentaires et beaucoup d’autres informations que tous les membres du groupe pourront voir selon leurs disponibilités en dehors des rdv. Les comptes sont privés personne d’autre que vous n’a accès à votre espace Trello.

 

Où trouver des membres pour créer un groupe d’auteurs ?

  • Vous pouvez voir si par chez vous il n’existe pas déjà ce type de groupes. Pourquoi ne pas lancer le concept via la bibliothèque ou la médiathèque de votre ville ?
  • Faire une demande sur les groupes d’écriture. Facebook en regorge. C’est une mine d’or à exploiter.
  • Si vous suivez des ateliers d’écriture vous pouvez le proposer à d’autres participants.
  • fréquenter des forums sur l’écriture et demander qui est intéressé par l’idée.

Dans tous les cas assurez vous d’avoir une certaine affinité avec les gens avec qui vous souhaitez créer votre groupe d’auteurs. Ce serait dommage de vous apercevoir après sa création que vous n’avez pas d’atome crochu avec le(s) membre(s).

 

Les pièges à éviter

 

  • Chacun avance à son propre rythme. On ne fait pas un marathon ! On n’est pas en compétition bien au contraire. On s’encourage les uns les autres. Et le but est bien d’avancer et de voir les autres avancer.
    Faut pas avoir peur de voir les copains avancer plus vite ou moins rapidement que soi.
    Les projets, les objectifs, les attentes sont différents pour chacun.
    Ne vous découragez pas parce que vous vous sentez à la traîne. Si votre groupe est solide il sera toujours présent pour VOUS. TOUJOURS !
    Mais c’est aussi à vous d’exprimer les difficultés que vous rencontrez ou les ressentis que vous éprouvez.
  • Vous craignez qu’on vous pique vos idées. Si c’est le cas, c’est que vous ne faites pas confiance à votre groupe. Vous n’avez donc rien à y faire.  Tu me trouves brut de décoffrage ? Bienvenue chez moi !

 

Grâce au groupe d’auteurs :

  • Vous n’êtes plus seul(e)
  • Vous échangez avec des gens qui rencontrent les mêmes problématiques que vous et ça fait un bien fou !
  • Vous créez une communauté qui vous comprend
  • La procrastination n’a plus sa place. On attend votre prochain texte…

 

Share Button
0
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •