La procra quoi ????

Pas de panique, ce n’est pas un gros mot.
Et même si c’est difficile à prononcer les premières fois je vous assure qu’avec un peu d’entraînement on y arrive avec beaucoup de facilité.

Mais avant d’entamer vos exercices d’élocution, voyons de quoi il s’agit, pourquoi nous procrastinons et comment contourner le problème (en tout cas dans l’écriture).

Pour les non initiés, je vais vous donner une explication de ce qu’est la PRO-CRA-STI-NA-TION avec un texte que j’ai écrit alors que je discutais avec mon groupe d’auteurs sur ce sujet.

” je pensais à ma propre procrastination avec le bilan suivant : j’ai des actions chez Lafarge et les 2 pieds dans le béton au pays de la procrastination.  Je rigole, je rigole mais je ferais mieux de me coller des baffes et quelques coups de pieds aux fesses mais bon même ça je peux pas j’ai les pieds dans le béton !!!!
rhoooo tien, un oiseau vient de passer devant ma fenêtre…

En fait c’est même plus un poil dans la main de l’écriture que j’ai c’est carrément une plantation de roseaux sur plusieurs hectares (ils plient mais ne rompent pas !!!)”

Procrastiner, c’est trouver toutes les excuses du monde pour ne pas faire ce qui doit être fait ou se laisser divertir par tout et n’importe quoi et pour finir reporter à demain mieux à plus tard…

haaaaa ! La procrastination… quelle joie, quel bonheur de s’y laisser aller. Quelle culpabilité il en ressort aussi. Du bonheur à l’état pur et bon générateur de stress aussi.

Pourquoi on procrastine ?

Quelques lignes suffiront à l’expliquer.
C’est souvent quand on rencontre des difficultés ou un désintérêt de ce qui doit être fait que la procrastination vient nous faire son numéro de charme.
Ce n’est pas propre à l’écriture, nous procrastinons tous à un moment ou un autre devant telle ou telle tâche à effectuer.

Mais dans l’écriture, le plus souvent c’est quand on est face à un problème, un blocage, un manque de motivation (et là encore il faut en chercher la raison).

Comment y remédier ?

Bonne question !
Il existe plusieurs manières de contourner la procrastination de l’auteur.

  • faire ses exercices quotidien (qu’on appelle aussi “la page du matin”  puisqu’il est  conseillé de la faire au réveil) où l’on écrit ce qui vient sans se préoccuper du quoi, du qui, du comment. On écrit sans se poser de question pendant 5 minutes ;
  • on communique avec son groupe d’auteurs via des mails ou sur trello si vous y êtes inscrits ;
  • on tient un bullet-journal de ses activités littéraires (objectifs à tenir sur la semaine ou le mois) ;
  • on prépare ses billets pour ses réseaux sociaux, son blog…

Et tout ça, c’est pas procrastiner, peut-être ?
Oui et non. Toutes ces petites astuces vont vous préparer à travailler vos textes. La partie créativité du cerveau va se réveiller et va vouloir s’atteler au plus vite à la tâche.

Si vous procrastinez parce que vous rencontrez une difficulté dans l’histoire que vous écrivez (j’arrive pas à continuer la scène ou le chapitre, ou n’importe quoi d’autre qui vous empêche d’avancer) c’est qu’il faut comprendre ce qui bloque.
Vous aimeriez continuer votre texte mais il vous rejette. C’est sa manière à lui de vous montrer que quelque chose ne va pas, qu’il y a une incohérence ou peut-être que vous vous éloignez de ce que vous aviez prévu d’écrire ou… qu’en sais-je les raisons sont multiples.
Parfois, il est de bonne mise de laisser dormir quelque temps son travail pour y revenir plus tard avec un œil neuf. Mais il faut y revenir hein ! Pour ça, rien de tel qu’un agenda.
Pendant ce temps, entamez autre chose…
Vous verrez que votre cerveau aura travaillé sans que vous ne vous en rendiez compte. Faites-vous confiance.

Quoi qu’il arrive faites-vous confiance ! Ecrivez tous les jours sur tout et n’importe quoi, laissez parler votre imagination et vous verrez que les choses se mettront en place d’elles-mêmes.
Vous vous rendrez-compte que cette forme de procrastination est un allié et que inconsciemment il vous aide à avancer.

 

Pour celles et ceux qui hésitaient à se lancer avec le mot “procrastination”, où en êtes vous niveau diction après l’avoir lu à voix haute moult fois ?

Comment contournez-vous cette fameuse procrastination ? Avez-vous d’autres techniques pour y échapper ? Quelles sont-elles ?

Share Button
0
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •