Fibromyalgie

Fibromyalgie

Maladie invisible, douleurs chroniques voilà qui résume, très succinctement, ce qu’est la fibromyalgie dont je souffre depuis bientôt cinq ans.

Non, non, je ne fais pas un article larmoyant. Ce serait plutôt tout le contraire.  J’ai appris, avec le temps, à tirer le positif de chaque situation difficile, voire insurmontable pour certaines d’entre elles.

 

La douleur est réelle

si la fibromyalgie était visible

Alors oui, la douleur physique est constante. Les moments de répits sont rares et ô combien appréciés.
Comme les yeux extérieurs à mon corps ne perçoivent pas ma souffrance pour les gestes les plus simples, j’ai appris à serrer les dents et à me débrouiller seule.
Pas de chance pour moi, les membres supérieurs sont les plus atteints : de chaque phalange aux épaules en passant par tous les muscles, ligaments et articulations qu’il y a entre… (entendre poignets, coudes). Les membres inférieurs et le dos me permettent de marcher une bonne grosse demi heure. Si, comme dans la majorité des cas, j’insiste plus longtemps je peux vite passer pour la bourrée du coin.

 

 

Je suis vivante !

Je ne peux plus faire grand chose, cependant je me concentre sur ce que je peux faire !

  • Lire. J’ai depuis plus de quatre ans opté pour des e-books, ne pouvant plus tenir de livre dans mes mains,
  • Regarder des films et autres séries.  Le cinéma (rare) et le streaming sont mes alliés. Pour info, je ne regarde jamais la télé simplement parce que je ne supporte pas l’idée de devoir suivre un programme dicté par je ne sais qui. Je regarde ce que je veux, quand je veux !,
  • écrire.

Écrire ??? Oui, à mon rythme.
Puisque secrétaire de métier, j’ai longtemps utilisé mes dix doigts pour taper au clavier. Aujourd’hui, quand la douleur se fait trop sentir, je me contente de l’index pour flirter avec les touches.
Si mes idées fusent plus vite que mes capacités ou que le mal est synonyme de torture alors j’utilise un logiciel de reconnaissance vocale tel que speechnotes . C’est pas l’idéal mais ça me permet d’avancer et de voir mes textes progresser.

Je ne me plains pas pour la simple et bonne raison que je peux encore faire ce que j’aime.

Si tu veux en savoir plus sur cette satanée maladie, tu peux jeter un œil ici. Il y a d’autres sources d’informations sur lesquelles tu peux également te renseigner en faisant une recherche via ton moteur de recherche préféré.

#Jet d’encre 3