Bilan septembre 2018

Bilan septembre 2018

Vous êtes prêts pour le bilan de septembre ? Parfait parce que ce mois-ci je vais parler livres, films et séries. Beaucoup de King mais pas que (ouf !).

 

     Livres

Deux bouquins du Maître ! Trop, c’est trop, dois tu te dire. Je vais donc m’expliquer.
Oui, j’ai une affection toute particulière pour cet auteur et  j’ai enfin trouvé LE livre qui me fâche.

Sleeping beauties - Stephen King

Plus de trois semaines pour lire cette histoire. L’idée de départ est excellente et donne à réfléchir. 
Comment tournerait le monde si toutes la gente féminine du monde s’endormait sans pouvoir être réveillée ? Voilà un thème bien sympathique.
Oui, mais…
Comme dans Le Fléau, Sleeping beauties est truffé de personnages. Bien sûr, ils servent l’histoire excepté les deux frangins sortis de nulle part (ou presque) dont on aurait pu se passer. Parce que qui dit personnages supplémentaires dit raconter leur passé en sus de l’histoire principale. 
Mais en réalité c’est l’histoire de chaque personnage qui est racontée ainsi que les interactions entre les uns et les autres et moi ça a très vite finit par me gonfler. Par moment j’ai eu le sentiment de lire du remplissage. :'(

Ce livre est ma première grosse déception du King. J’aurais presque honte de le dire tant ce bouquin est adulé des lecteurs (et que dire des fans ?!).
Que diantre ! Mon opinion m’appartient et je l’assume pleinement. C’est bon aussi d’être en désaccord, ça permet d’entamer un dialogue, un débat dès lors qu’on est face à un esprit ouvert 😉 

Chambre 1408 - Stephen King

Fan absolue du film La chambre 1408 j’ai eu l’envie de lire la nouvelle dont il est tiré. 
Honnêtement, j’ai ressenti une très grande frayeur durant ma lecture. Ça ne m’était jamais arrivé avec un bouquin.
Tout le passage où Olin, directeur de l’hôtel le Dolphin, explique pourquoi c’est une erreur monumentale que de vouloir séjourner dans la fameuse chambre 1408 à  Mike Enslinde, auteur de séries de livres sur les lieux supposés hantés, est purement et simplement terrifiante. 

La nouvelle est courte et ô combien efficace !
Il ne m’en fallait pas davantage pour me rabibocher avec le Maître 🙂

     Films

Les deux films dont je parle aujourd’hui sont tirés de la réalité.
L’un est historique, l’autre une ignominie.

BlacKkKlansman - J'ai infiltré le Ku Klux Klan

Si je dis KKK, tout le monde voit de quoi que je cause ?
Mais si ! Ces hommes, vêtus d’une longue robe blanche et de leur capirote (genre de cagoule), qui brûlent de grandes croix et font la course aux noirs et aux juifs (entre autre).

Imagine maintenant que ce clan soit infiltré par un flic de couleur aidé de son collègue de confession juive. Ça prêterait presque à rire tant ça semble improbable. Et pourtant, c’est arrivé.
Ce film en retrace l’histoire sans entrer dans le pathos ni esprit de vengeance. 

Strangers: Prey at Night

Ouch ! Comment c’est possible ? a été ma première réaction.
Bien sûr c’est romancé mais tout de même. La violence gratuite dont le seul but est de tuer pour… s’occuper ! Whaou ! Comment en est-on arrivés là ?

Ce film m’a pris aux tripes tout du long. Mon esprit n’arrive toujours pas à concevoir que ça puisse être vrai, même en partie.
Excellente prestations des acteurs.

     Séries

Castle Rock - saison 1

Castle Rock

Adoratrice de(s)l’univers de Stephen King, je ne pouvais pas passer à côté de la série annoncée depuis un bail.

Castle Rock n’est pas une adaptation directe d’un livre du Maître de l’horreur. Le projet de Sam Shaw et Dustin Thomason pioche un peu partout dans son oeuvre, pour fabriquer une histoire originale.
[…] Il n’est pas indispensable d’être un mordu des livres du King pour apprécier Castle Rock et son ambiance morbide à souhait. Ceci étant dit, la série a été clairement pensée pour les fans du Maître et eux seuls pourront apprécier la pleine mesure des références glissées dans chaque plan ou presque.
Sources : Première

J’avoue avoir eu du mal à entrer dans l’histoire. Les trois premiers épisodes ont été un supplices pour moi. S’il n’y avait pas eu toutes ces références à l’oeuvre de l’auteur, j’aurais peut-être abandonné la série. Mal m’en aurait pris parce qu’une fois embarquée je voulais connaître la fin !!! 
Maintenant je suis dans l’attente de la saison 2 🙁

Je vous retrouve en octobre pour mon prochain bilan 🙂

En attendant, je vous souhaite d’agréables lectures, de bons films, de bonnes expos, bref d’excellentes vuouïthèques 😉

Et n’hésitez pas à nous partager votre/vos avis sur ces livres, films, série ou de nous parler de vos découvertes. 🙂

Chambre 1408

Chambre 1408

Chambre 1408 est un film dont je voulais parler depuis belle lurette. À savoir que je le classe dans mon top 5 des films cultes et que je le regarde au moins deux fois par an…
Promis, je ferai le juste nécessaire pour vous le présenter.

Les origines du film

Le synopsis

Extrait

Les fins alternatives

Lien streaming

 

Les origines du film

 

A ma très grande surprise j’ai découvert il y a peu que ce film, que j’affectionne particulièrement, est inspiré d’une nouvelle d’un recueil de… Stephen King ! Comment, fan absolue de l’auteur, ai-je pu passer à côté d’une information aussi capitale durant toutes ces années ?
Pour info, le bouquin est dans ma Pile de livres À Lire. Il me tarde de m’y attaquer et paradoxalement je me le garde précieusement telle la cigarette du condamné.

 

 

 

 

 

Synopsis

Bien qu’il soit un auteur réputé de romans d’épouvante, Mike Enslin n’a jamais cru aux fantômes et aux esprits. Pour lui, la vie après la mort n’est que pure invention, et il a passé suffisamment de temps dans des maisons hantées et des cimetières pour le vérifier…
En travaillant sur son dernier ouvrage, il découvre l’existence d’une chambre, la 1408 du Dolphin Hotel, où se sont produites de nombreuses morts inexpliquées et souvent violentes. Malgré les mises en garde du directeur de l’hôtel, Enslin décide d’y passer une nuit.
Face à ce qu’il va vivre, son scepticisme va voler en éclats. Pour lui, la question n’est plus de savoir si le paranormal existe, mais d’espérer survivre à la nuit de tous les cauchemars…

 

Titre original : 1408
Réalisateur : Mikaël Hafstrom
Origine : États-Unis
Genre : Epouvante-horreur  ==> Je me permets une intrusion : Angoissant oui, Horrifique non.
Durée : 104 minutes
Casting : John Cusack, Samuel L. Jackson, Mary McCormack, Andrew Lee Potts …

Extrait

Quoi de mieux qu’un extrait pour se faire une idée ?

 

Fins alternatives

Le film possède quatre fins alternatives. Rien d’original jusque là. La singularité avec Chambre 1408 est que chacun des DVD distribué dans le commerce n’offre pas la même version. Il est donc possible que vous n’ayez pas vu la même fin que votre voisin.

Le film Chambre 1408 est semblable dans tous les cas jusqu’à ce qu’on voit l’encre du numéro de la chambre fondre sur la porte. Ensuite, il y a un fondu au noir et débute alors l’une des quatre conclusions très différentes, tant d’un point de vue narratif que symbolique, tournée par le réalisateur.

 

 

Si tu veux garder le mystère n’ouvre pas les accordéons ci-dessous. Je dis tout et en images 🙂

Chaque fin alternative en vidéo est en anglais. Je n’ai pas trouvé mieux sur le net mais ça suffit pour comprendre ce que ça change dans l’histoire.

Fin alternative #1

Version la plus courante, le personnage principal est sauvé in extremis après l’incendie qu’il a lui-même provoqué dans la chambre 1408 de l’hôtel Dolphin à New York.
À l’hôpital, il se réconcilie avec sa femme, qui, une fois revenue à la maison, lui donne les objets qui ont pu être récupérés dans les cendres. Parmi eux, le dictaphone.
Il le démarre et lui et sa femme entendent la voix de sa fille, confirmant que les événements terribles qu’il a vécus dans la chambre 1408 sont vrais.

[collapse]

Fin alternative #2

Tout est identique à la fin alternative #1 excepté que la femme du personnage principal n’entend pas la voix de sa fille. Cela laisse présager qu’il se trouve peut-être toujours dans la chambre 1408 ou bien qu’il hallucinait quand il y était…

*******

Je n’ai trouvé aucune vidéo dévoilant cette fin alternative. Si de ton côté tu as un lien à me fournir je suis preneuse 🙂

[collapse]

Fin alternative #3

Le personnage principal meurt dans les flammes d’un feu qu’il a lui-même allumé dans la chambre 1408.
Le maître d’hôtel se rend aux funérailles de l’homme pour remettre ses derniers objets personnels à la femme du défunt, qui les refusent.
Le maître d’hôtel ouvre la boîte et y trouve le dictaphone qu’il démarre. Lorsqu’il entend la voix de la fille du mort, il voit apparaître dans son rétroviseur le corps consumé de ce dernier.

[collapse]
Fin alternative #4

Cette dernière version est beaucoup plus marginale.
On y voit l’éditeur du protagoniste recevoir le texte que ce dernier a écrit pendant son séjour dans la chambre, alors qu’on s’était imaginé que le temps qu’il a passé à rédiger le livre n’était qu’élucubrations.

[collapse]

 

Personnellement je trouve que la fin #3 est très “Kingienne”. Ça ressemble beaucoup à ce qu’il nous propose dans ses livres.
La fin #4 est, selon moi, beaucoup plus angoissante et est de loin la plus intéressante. Elle nous pousse à une réflexion aussi dérangeante qu’intrigante.
Ce n’est que mon avis, il vaut ce qu’il vaut.

 

Lien streaming

S’il te prends l’envie d’entrer dans la chambre 1408 je te propose un lien pour le faire en streaming. En revanche, je n’ai aucune idée du final que tu verras.

 

Quelle fin du film as-tu vu ?
Si tu as lu la nouvelle du Maître, le film lui est-il fidèle ?