Tel un rêve délicat
J’aimerais le goûter,
L’effleurer du bout de mes doigts.

Mais le songe est bien vide
quand son but dans ma vie
est de fuir en énigmes.

J’image des mots de sable,
Désirable éphémère,
Pour en faire un tableau.

De chaque mot que je sonde,
d’un ailleurs que je longe,
Nul retour ou son ombre.

Ma peinture est à l’eau
quand le silence écho
est le seul à répondre.

© 2017- Coryne Vezien

Share Button
1+