Je veux tout écrire en même temps

Voilà ce qui se passe quand je sais plus comment m’y prendre

Fin de semaine un peu compliquée nerveusement pour moi.
La chaleur ? Le manque de sommeil ? Le manque de confiance en soi ? L’envie sans la motivation ?
Toutes ces raisons à la fois ou peut-être aucune,  juste la procrastination qui gagne.

J’ai passé mes journées/nuits à ne rien faire. Quand je ne voulais pas dormir je m’écroulais de fatigue, quand je voulais rejoindre Morphée je comptais les moutons.
Quand on a l’habitude d’avoir un stylo dans le creux de la main c’est inconcevable de ne pas l’utiliser. Alors, même quand je n’ai rien à dire, rien à écrire et bien j’écris quand même ! Des bouts de phrases, des bouts de pensées. Des cris, des larmes, des rires, des joies, des riens du tout.
Ça occupe mon ennui. Parce que oui, quand je n’écris pas ou ne lis pas je m’ennuie.
Et cette fin de semaine je me suis beaucoup ennuyée.

Et je sais pourquoi.

Ce ne sont pas les histoires à écrire qui me manquent, bien au contraire. Et c’est là que ça pêche.
Dans tout ce que j’ai noté dans mon cahier à idées, il y a ces « trucs et machins » pour lesquels  je n’ai noté que l’idée principale accompagnée de quelques mots clefs.
Même si je meurs d’envie d’aller plus loin avec elles je n’en fais rien parce que c’est assez difficile de gérer ce qui est déjà entamé.

Et c’est ce qui est déjà entamé qui me bouffe mon énergie.
J’ai au total 6 histoires en cours d’écriture. 6 !!!
Dans les 6 il y a 2 nouvelles, 3 romans et 1 histoire pour laquelle je ne sais pas si ce sera l’une ou l’autre catégorie.
Je ne m’en sors plus. Je n’arrive plus à faire face. Je suis noyée, submergée, écrasée par tout ce qu’il y a écrire.

Résultat, je prends la fuite. 

Mais quand je dis que je prends la fuite c’est bien plus que cela en vérité et bien plus complexe aussi car je ne me contente pas de détourner les yeux de mon travail. Ce serait trop simple et tellement confortable.
Dans la réalité, mes 6 histoires sont constamment présentes dans mon esprit. Elles se manifestent à tour de rôle comme si elles étaient des personnages qui me feraient un signe de la main, me saluaient, me demandaient de mes nouvelles et en prenaient des leurs…
Quoi que je fasse (écouter de la musique, lire un livre, surfer sur le net, faire ma liste de courses…) mes personnages vont et viennent en un ballet incessant dans mon esprit.
Tout ce remue-ménage me bloque dans ma créativité.


Comprends-moi bien

J’ai envie d’écrire ces histoires, j’ai envie de les voir terminées.
Mais je suis plutôt du genre à terminer quelque chose pour ensuite en entamer une autre. Dire « voilà, ça c’est fait, suivant ».

Il serait logique, dans ce cas là, d’en choisir une pour y aller à fond.
Oui, mais je n’arrive pas à choisir. Pourquoi telle histoire plutôt qu’une autre ?
Du coup, je papillonne de l’une à l’autre jusqu’à revenir à la première et ainsi de suite. Rien n’avance à ce rythme et je me perds complètement.

Je discutais avec Fanny, une amie auteur (désolée pour le « e » manquant mais il m’insupporte ce « e »), et elle a tenté de m’aider à y voir plus clair. Elle m’a alors posé tout un tas de questions toutes aussi judicieuses les unes que les autres sans pour autant réussir à m’éclaircir.

  • N’y a t-il pas des histoires qui racontent la même chose et que je pourrais finalement assembler pour n’en faire qu’une ?

∗ Mon conte pour enfants et mon bouquin sur les émotions ont le même sujet sauf qu’ils ne s’adressent pas au même public. Les deux histoires sont donc totalement différentes.
On ne sauve pas le monde de la même manière quand on a 6 ans et 30 ans.

∗ Mes nouvelles traitent d’une même thématique mais pas du même sujet, difficile d’en faire 2 en 1.

∗ L’histoire de fesses quant à elle est en marge de tout ce que j’écris même si l’humain reste ma priorité. Je ne peux l’inclure nulle part tout comme mon histoire avec les esprits.

Si tu me suis un peu, tu auras sûrement noté que je suis longue à la détente et que je prends du temps à la réflexion.
J’ai beau retourné tout ça dans tous les sens je ne peux que les écrire séparément.

Je veux les écrire toutes en même temps mais je en m’en sors pas tout comme je n’arrive pas à me décider sur celle à terminer en premier.


Du coup je fais des plans dans ma tête :

  • continue la plus avancée : mon conte
  • démarre celle qui en est à la phase embryonnaire : histoire de fesses et histoire d’esprits
  • enchaîne celle qui est la plus structurée (elles le sont toutes mais j’en ai qui le sont tellement qu’il n’y a quasiment plus rien à faire) : mes 2 nouvelles.
  • avance celle pour laquelle écrire tout son début n’a été qu’une formalité : les émotions

Rien que d’écrire ça et j’ai envie de me plonger dans toutes !!!

Je suis complètement paumée.

Et ce billet part dans tous les sens. Il est nul à souhait. Bref, ça donne une idée à chacun de mon état d’esprit…

Et je tombe sur ça, à l’instant (Synchronisité mon amour)

Dis voir Albert, comment je m’y prends maintenant ?

 

 

 

 

1+

4 commentaires / Quel est ton avis sur cet article ?

  1. Comme dit Marilyn tu y arrives. Tu as l’énergie ça se sent. Ne te focanise pas sur l’échec et la frustration et le reste viendra naturellement.

  2. chaque chose en son temps tu y arrives très bien.
    la volonté d’arriver suffit à tout comme le cite Albert Camus

    1. Whaaou ! Merci Marilyn pour ce très beau message. J’en ai presque eu les larmes aux yeux. Ta confiance en moi me touche énormément. J’en suis extrêmement bouleversée. Je t’embrasse très très fort. MERCI

La parole est à toi :)

%d blogueurs aiment cette page :