Un saut à l’élastique

L’un de mes amis, Jérôme L. pour ne pas le nommer, a publié ce message.

La vie est une succession de défis à relever. On ne sait pas s’ils valent la peine d’être relevés ! Sauf si l’on se jette dans le vide comme du haut d’un pont avec le vertige, la peur au ventre, cette peur rationnelle qui nous pousse à nous m’être en sécurité, à ne pas bouleverser nos habitudes. Pas de saut pas de peur mais pas de plaisir non plus. Mais une fois ce (petit) pas qui semblait tellement risqué et insurmontable fait, la peur disparaît.

 

Faisait-il référence à son récent saut à l’élastique ? À autre chose ? D’autres choses ? Je ne sais pas et je n’irai pas lui demander.
Ce qui est certain c’est que cette phrase est valable pour tout et pour tous.

Ce propos m’a renvoyé à moi évidemment comme il te renverra à toi sûrement.

J’ai revu mon parcours d’auteur depuis que je l’assume.
J’ai publié un recueil. J’ai osé le publier moi qui reculais sans cesse.
Je me suis aperçue que je n’avais pas peur de ça au contraire je le souhaitais pour m’en libérer.
Je n’osais pas c’est tout. Jusqu’à ce que j’entende quelques mots d’un certain quelqu’un pour que je me dise “mais oui ! mais c’est bien sûr ! la voilà la raison pour laquelle je dois le faire.” Et je l’ai fait. Je suis libérée.

J’en suis tellement libérée que je ne m’en préoccupe plus. Je laisse vivre ce recueil dans les méandres d’amazon. Peut-importe qu’il soit vu, lu, acheté ça ne m’appartient plus.

Impossible d’entendre ce que tous les autres autour clament haut et fort en terme de promotion.
En faire la publicité me dérange à tous les niveaux. 

 1-  j’aime pas emmerder le monde

 2- je ne sais pas me vendre parce qu’il faut parler de soi et ça je sais pas faire. Parler de quelque chose qu’on a créé c’est parler de soi.

 3- ça prend du temps et mon temps je le consacre à l’écriture

 4 – les meilleures plate-forme de publicité sont les réseaux sociaux et j’aime pas les réseaux sociaux. J’ai plus l’impression d’y faire le tapin qu’autre chose. 

 5 -j’aime pas prendre les gens par la main pour leur dire quoi faire.

J’en vois déjà faire des bonds de 6 mètres parce que je ne les écoute pas, d’autres encore se gausser de ma façon de voir les choses ou de ne pas les faire. 
Aux premiers je dis : “désolée, vraiment désolée. Mais je t’aime quand même hein !
aux seconds je dis “ravie de te faire passer un bon moment.
À tous je dis “je suis une chieuse née.” 

A côté de ça j’ai une amie, Fanny, qui a tout compris et qui a tout donné. Aujourd’hui elle récolte le fruit de son dur labeur. Je l’en félicite encore et encore. Chaque étape de son travail elle le partageait avec moi et j’en ai parfois eu le tournis. Que c’est bon de la voir totalement épanouie maintenant. D’y penser j’en souris.

Je sais que je devrais m’inspirer d’elle, de sa ténacité,  de son entrain. Je n’y arrive pas. Dès qu’il s’agit de m’y mettre je me retrouve en totale léthargie. Incapable de rien. Y a un truc que j’ai pas dû piger.

Peut-être qu’elle est là ma peur à moi. M’inviter partout où je vais jamais et quémander une tite place pour parler du recueil. Arriver comme ça et imposer ce que je sais faire de mieux : écrire. J’ai beau tenter de m’imaginer le faire, je n’y arrive pas. C’est pas moi. Ça me ressemble pas.
Ça ressemble pas à mon amie non plus, pourtant elle l’a fait ! 

Il me manque un truc et je sais pas ce que c’est. L’élastique peut-être…

Le plus terrible dans tout ça c’est que j’ai le sentiment d’avoir terminé. D’avoir fait ce que j’avais à faire. Écrire, publier, point. Le reste ne me concerne plus.

 

 

1+

5 commentaires / Quel est ton avis sur cet article ?

  1. Merci à toutes pour vos commentaires 🙂
    @ Antoinette : J’essaie d’être à l’écoute des autres et je m’applique de ne pas faire aux autres ce que je ne veux pas qu’on me fasse. Si c’est la clé, je suis sur la bonne voie.

    @Léa : Je reste fidèle à moi-même

    @Amélie : Ce qui doit arriver arrivera, s’il peut sonner plutôt que frapper je préférerais… Ton message me touche beaucoup 🙂

  2. Tu es honnête avec toi même et avec nous aussi. C’est rare. Ce qui te manque arrivera sûrement plus tard n’en doute pas. Il se peut même quil frappe bientôt à ta porte… je te le souhaite.

  3. trop cool le nouvel article mais je ne ferai pas de saut a l’elastique aujourd’hui et la vidéo guitariste chapeau

  4. Alors pour parler au nom de mon alter ego fanny, je peux vous dire que je déteste m’imposer et parler de moi sauf que j’ai compris des trucs grâce à un bouquin qui se résume en quelques mots (comment se faire des amis-le titre est pourri je vous l’accorde) intéresse toi aux autres écoute les et ils se souviendront de toi ou encore fais aux autres ce que tu voudrais qu’on te fasse… Si ça peut aider
    Bisous et bon courage

La parole est à toi :)

%d blogueurs aiment cette page :