J’ai eu l’idée d’écrire cet article en janvier 2017 ! Je m’attends à ce qu’il ne m’apporte pas que des amis  😆

Du bonheur à l’état pur était le titre ironique de l’époque.  Un an et demi plus tard j’ai toujours autant d’aversion pour ce CMS – Content Management System (système de gestion de contenu) – tant adulé par la majorité des utilisateurs.

Encore aujourd’hui, je conseillerai vivement à quiconque ni connait rien de fuir wordpress et d’arrêter là mon article qui d’avance me fatigue. Mais, tu en conviendras, ce n’est pas très réglo de ne pas argumenter ma position.

Voyons les points abordés dans cet article :

Rions de ce qui nous attend
Décourageant mais pas impossible
Où trouver de l’aide ?
WP c’est aussi un langage

With or without WordPress ? (avec ou sans wordpress ?)
Quel est ton retour ?

 

Rions de ce qui nous attend

Commençons par une infographie très drôle parce que très réaliste créée par des pros de WP (les seuls que j’ai pu trouver sur le net qui ont le sens de la transparence). wordpress pour les nuls

 

N’importe qui qui a démarré avec wordpress, sans rien connaitre à tout ce charabia et qui s’est laissé embarquer dans cette galère par le simple slogan “5 minutes pour créer son site/blog“, comprendra cette infographie 😉

 

Décourageant mais pas impossible

Aujourd’hui j’en ris mais ça n’a pas toujours été le cas.

Les débuts ont été difficiles, décourageant, à la limite de tout laisser tomber. Et je ne parle pas du fond du blog (articles, publicité et autres) mais bien de la compréhension et de l’utilisation de Wordpress.
Nulle part on te dit que tu vas galérer, que les 5 minutes promises pour avoir un blog ou un site qui te ressemble se traduisent en semaines quand ce n’est pas en mois…

Au départ, attends toi à te prendre la tête entre les mains pour essayer d’avoir ne serait ce qu’un visuel présentable en guise de blog.

 

Je ne dis pas que tout est perdu pour ceux qui débutent, qu’on soit bien d’accord.
Comme le dit très bien l’infographie, si tu connais quelqu’un qui a déjà un savoir faire en design et/ou en langage informatique alors pas de panique, tout se passera bien.
Pour les autres, persévérance est le mot d’ordre. On finit par y voir clair et on s’en sort.
Ceux qui ont su aller au bout de leur projet peuvent se féliciter. 

 

 

Où trouver de l’aide ?

Je donne un tableau assez noir de la situation mais il existe des solutions pour tous les besoins. Des solutions gratuites et d’autres (nombreuses) payantes où sont proposés des tutoriels, des formations ou carrément un service complet de prise en charge de la création du blog/site.
À chacun de décider en fonction de son projet, de son budget, du temps possible à investir dans cette création.

Voici une liste des sites qui m’ont beaucoup aidé à mes débuts. J’y retourne encore maintenant selon un besoin ponctuel.  Cette liste est loin d’être exhaustive, il existe tellement d’offres qu’il est impossible de tout répertorier.

blog infos

Les tutos sur youtube sont également très nombreux ainsi que les groupes sur facebook. Je ne parle pas des bouquins pour comprendre WP. Il y en a des tas.

 

Il suffit ensuite de retrousser ses manches et de s’y mettre comme on dit.

 

Avec du recul, toutes ces pages d’entre-aide trouvées sur le net auraient dû me mettre la puce à l’oreille. Si l’utilisation en était si simple, si c’était si intuitif, les moteurs de recherche ne regorgeraient pas d’aide à l’attention des utilisateurs… Je dis ça, je dis rien.

WP est un commerce juteux qui a su profiter à des professionnels qui ont vu là un marché à saisir.
Un besoin a été créé et je ne sais combien de millions d’internautes le consomment…

 

WP c’est aussi un langage

 

Bon d’accord, ici j’ai suivi mes bas instincts de râleuse pour le titre 😛 (faute avouée, faute à demi…)

Copywritting, SEO, google analytic, templates, plugins (et j’en passe) sont autant de vocabulaire à connaître pour la bonne marche d’un site ou d’un blog quel que soit le CMS utilisé.

Je dois reconnaître que les plugins wp font sa force et c’est sûrement ce qui a permis cet engouement pour ce CMS. Là encore je peux me tromper mais juste légèrement alors.

Il n’empêche qu’au démarrage, et en tant que novice en ce domaine, on patauge méchamment dans la semoule. Et ça, personne te le dit !

Tu te rendras compte qu’après avoir ressenti le besoin de faire appel à quelqu’un pour te guider dans la création du blog ou du site, tu auras aussi peut-être besoin de quelqu’un-1 pour améliorer le design, de quelqu’un-2 pour t’expliquer comment écrire pour le net, de quelqu’un-3 pour t’initier au marketing, de quelqu’un-4 pour t’apprendre le e-commerce etc… Ces services ne sont pas offerts.

Personnellement je trouve ce marché aberrant. Encore une fois ce n’est que mon opinion. Après tout, il y a de la demande.

 

With or without wordpress ?

Quand je parlais d’engouement, je ne plaisantais pas :

WordPress est utilisé par 26% des sites web ; cela signifie que la plate-forme contrôle 60% du marché. Voici un comparatif des CMS les plus courants, qui vous donnera une idée de la popularité de WordPress, et vous fera par la même occasion découvrir les noms des plate-formes similaires.
“sources : Openclassrooms

Derrière wordpress il y a toute une communauté qui fournit un travail exemplaire pour offrir à chacun des outils qu’il suffit d’ajouter à son tableau de bord. On ne peut pas le nier, c’est vrai. D’un CMS lambda à ses débuts c’est devenu avec les années une fourmilière où tout le monde peut y trouver son compte.

Pourquoi est-ce que je râle alors ?
Peut-être Sûrement parce que quand j’ai eu besoin de créer un site en 2002-2003 j’ai dû apprendre le B.A BA du langage php et css, apprivoiser Dreamweaver ; mon opérateur internet suffisait.
C’était un site amateur, j’en conviens. A l’époque il n’y avait pas besoin de plus pour le faire tourner et avoir des visites et des contacts liés à mon activité de parolière.

Peut-être Sûrement aussi parce que quand 10 ans plus tard j’ai créé mon site d’écrivain public j’ai dû me replonger dans ce que j’avais déjà appris en ajoutant du javascript. Wamp avait remplacé le logiciel Dreamweaver et l’hebergeur n’était plus mon opérateur internet. Ce site là avait vraiment de la gueule, j’en était pas peu fière.
Je mettais aidée, cette fois, du site du zéro rebaptisé Openclassrooms.

Je crois qu’en fait j’ai toujours été pour comprendre et maîtriser ce que je faisais. Ça me prenait du temps mais j’adorais ce que j’apprenais. Ce n’est plus le cas avec wordpress.

Quand j’ai opté pour ce CMS, je pensais choisir la facilité. Je croyais vraiment m’éviter des heures de construction et de lignes de codes.
Alors effectivement, le template est là déjà prêt à l’emploi, plus besoin de bosser le design selon les désirs des uns et des autres, le rendu est souvent plus professionnel. Pourtant, j’ai l’impression d’être la seule à ne pas retrouver mes petits dans les dossiers de filezilla et ça me frustre.

Je me console en me rappelant que j’ai d’autres chats à fouetter et que mon blog n’est pas mon activité première.

 

 

 

 

 

Quel est ton retour concernant wordpress ?

 

Tu as bien un avis à donner toi aussi.
Quels ont été tes débuts avec ce CMS ?
La prise en main a t-elle été simple pour toi ?

 

 

0
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •