Episode 6 – A toi de jouer ! La folle journée de Margot

La folle journée de Margot

Propositions pour l’épisode 6

Lance toi dans les commentaires pour émettre ta proposition.
Les votes seront comptabilisés au nombre de “cœurs”.

 

 

Merci aux participantes 🙂

 

 

 

0

3 commentaires

  1. On entend un portable sonné, » c’est celui de de Marc qui répond d’un air étonné : comment ça : , quoi…., j’comprends rien à ce que tu dis, bon j’arrive et le voilà qui tourne les talons sans oublié de reprendre ses sacs poubelles.
    Et Maelle qui lui lance, à tout de suite, j ai hâte de goûter ton kloug.
    — Mais avant d’aller au restaurant, j’aimerai bien aller me laver les mains et en profiter pour me recoiffer dit Maelle.
    Et Jacques en profite pour dire à Margot : je ne comprends pas ce qui lui arrive, elle perd la tête, elle n’était pas comme ça hier. Je ne la reconnais pas.
    Et d’un bond Grishka qui a sa ptite idée derrière la tête, saute sur le meuble de l’entrée et d’un coup de patte fait tomber le sac à main de Maelle qui se renverse sur le sol.
    — Eh bien bravo le chat, dit Jacques qui se penche pour ramasser ce qui est tombé du sac à main, quand tout étonné ” mais c’est quoi cette boîte et il lit à haute voix la notice ;
    — RIGOLEX pour avoir la forme et le sourire du matin au soir, effet garanti 24 h,
    — prendre 1 à 2 comprimés par jour le matin à jeun.
    — Effets secondaires ” confusion des personnes, troubles du comportement, sourire figé” etc. etc……
    — Mais comment elle a eu ça demande kais.
    — Je pense que c’est sur Internet, elle m’avait dit qu elle passait une commande et effectivement hier après midi on lui a livré un paquet .
    — Eh bien je comprends mieux son comportement maintenant, si j’avais, pu me douter, jamais je l’aurais laisser prendre ce truc. Alors ça je n’en reviens pas et de ce fait il met la boîte dans sa poche.
    — En tout cas, Merci le chat sans toi j’aurai jamais trouvé cette boîte et compris ce qui arrive a maelle.
    Grishka fier comme un paon, fait un clin d’œil a Margot et vient se frotter contre elle en ronronnant.
    Maelle qui est dans la salle de bain s’adressant à Jacques
    — Tu me passes mes lunettes de soleil Jacquot,
    — Mais y a pas de soleil ! Enfin plus rien ne me étonne dit’il en lui passant ses lunettes.
    Et Maelle apparaît avec ses lunettes de soleil sur le nez et leur demande avec une voix enjouée ;
    — Alors à qui je vous fais penser ?
    Tous les 3 la regardent dubitatifs
    — Alors, poupoune à qui je ressemble ?
    — Margot lui répond bah……….
    — Mais enfin et toi Thomas alors à qui je ressemble ?
    — Heu…….
    — Bon, je vous donne un indice ! Pom pom Pidou wouh.
    Et tous en même temps ‘Marilyne Monroe’
    — Oui c’est ça dit elle avec un grand sourire et toujours avec cette voix enjouée .
    — Eh ben ca promet dit jacques.
    — Oui et la journée n est pas finie dit Margot.
    Grishka qui suit les événements, miaule de rire dans sa moustache.
    — Avec tous ses événements, c’est moi qui vous invite au restaurant dit Jacques.
    — on peut y aller à pieds c’est à 10 mn d’ici dit Margot.
    Et les voilà qui descendent les escaliers quand Maelle se met à chantonner “ ya qu’un chveu sur la tête à Mathieu” et Kais ne peut s’empécher de dire : avec Rigolex on rigole.
    Les voilà arrivés en bas de l’immeuble et là ils aperçoivent en face sur le parking Marc assis par terre avec un œil tout rouge, son linge étalé partout sur le sol et Maelle qui n’a rien compris à la situation « oh y a une brocante ».
    KAIS s’approche de marc “qu’est ce qui t’arrive? on m’a agressé!
    Et kais dit en regardant Jacques « on a un remède miracle pour te remettre, n’est ce pas jacques »

  2. Comme d’ahbitude, je suis longue à la détente. Voici mon idée.

    ***

    Voyant que Margot est au bord de l’explosion, Kai tente de reprendre les choses en mains.
    — Écoutez-moi tout le monde, voilà ce que je propose…
    Ils se tournent tous vers lui pour l’écouter.
    — Je pense que nous avons mérité une pause. Alors que tous ceux qui n’ont rien à faire ici s’en aillent. Margot et moi avons un contrat à mettre en place et nous avons besoin de calme.
    — Tout à fait ! Maelle, rentre avec Jacques s’il te plaît. Marc… tu connais le chemin de la sortie, ajoute Margot.
    — Tu laisses souvent ce type prendre les décisions à ta place ? l’interroge Marc sur un ton condescendant.
    — Pas du tout ! D’ailleurs, je n’ai pas de compte à te rendre et tu n’as rien à faire ici. Kai a raison, nous avons du travail.
    Visiblement à contre cœur, son ex petit ami tourne les talons, récupère son sac et sort en claquant la porte. Après des embrassades, Jacques et Maelle le suivent.
    — Ah… enfin tranquilles ! souffle Margot. Merci Kai pour l’alibi. Vous pouvez finir vos cartons maintenant.
    — Oh… je pensais que…
    — Quoi encore !? s’exclame Margot.
    — Mais laisse-le parler au lieu de t’énerver comme ça, ronronne Grishka sous les yeux ébahis du voisin.
    — Oui, c’est vrai. Je suis à fleur de peau lorsque je n’ai pas ma dose de café journalière. Je vous écoute, que vouliez-vous ?
    — Rien…
    — Aller… ne sois pas timide, l’intime le chat en se frottant contre ses mollets.
    — Ça tiens toujours pour le libanais ? Je n’ai rien pour cuisiner et je meurs de faims. Je pensais que ça vous ferait du bien de sortir. Au cas où Maelle reviendrait avec un autre de ces délires. Qu’un livreur vous apporterait votre nouvelle lingerie… Ou un autre ex… ou…
    — Très bien !! Oui, j’ai compris l’idée. Allons-y dans ce cas. Je prends mon sac et je vous rejoins dans le couloir.

    Kai et Margot sont installés depuis quelques instants à leur table quand arrive leur serveuse, les cartes sous le bras. Elle s’approche avec un sourire exagéré dont Margot s’agace aussitôt.
    — Bonjour ! Alors Kai, tu as enfin tourné la page ?
    Le jeune homme lève la tête et voit pour la première fois la nouvelle venue. Son visage passe soudain au rouge puis au blanc.
    — Euh… c’est que… bien-sûr que oui ! Qu’est-ce que tu crois ? Je te présente Margot, ma fiancée !
    Margot s’étrangle avec sa propre salive en entendant ces mots. Mais se ressaisit en voyant l’air suppliant de son voisin de table.
    — Enchantée. À qui ais-je l’honneur ?
    — Mathilde. L’ex-femme de Kai. Je dois dire que je suis très contente de vous rencontrer. J’ai cru qu’il ne cesserait jamais de me courir après ! Alors, c’est pour quand ?
    — Quand… quoi donc ?
    — Le mariage ! s’exclame Mathilde, visiblement amusée par la situation.
    — Juin prochain ! On est en plein préparatifs, réponds Kai, le visage devenu cramoisi.
    — Félicitations !
    — Merci, répondent en cœur Kai et Margot.
    Cette dernière se sent prise dans une situation dont elle perd totalement le contrôle. C’est à ce moment que débarque Marc, à bout de souffle.
    — Ah ! Vous êtes là ! Je me disais bien… c’était du flan tout ce numéro d’un contrat et bla, bla, bla… Vous êtes ensemble, je le savais !
    — Bien sûr intervient la serveuse, ils se marient dans quatre mois !
    Une nouvelle fois, Margot s’étouffe et doit se maintenir à la table pour ne pas tomber de sa chaise.

    ***
    Je vous laisse imaginer la scène… hahaha !

  3. ̶ Je suis fatiguée, soupire Margot, cette journée ne finira-t-elle jamais ?
    Le silence s’installa alors dans la pièce. Seul le ronronnement de Grishka se faisait entendre, elle le caressait, les yeux dans le vague.
    ̶ Margot ? Réveille-toi !
    ̶ Je ne dors pas !
    ̶ Mais enfin qu’est-ce que tu as, à rester plantée là…
    Maëlle la secouait par les épaules ce qui eut le don d’énerver le chat qui sauta des bras de sa maîtresse et grimpa sur le divan où il commença à faire sa toilette tranquillement.
    ̶ Je n’en peux plus…
    ̶ Mais tu n’as rien fait !
    ̶ Ah tu trouves ? Et qu’est-ce que tu fais là d’abord, avec tes manies de perdre la tête et de raconter n’importe quoi, je te connais à peine…
    ̶ Je crois que nous allons vous laisser…
    Kais voulut entrainer Marc qui se rebiffa :
    ̶ Bon ça suffit cette histoire ! Tu vas m’expliquer Margot ce qu’il se passe ? Marc était furieux.
    ̶ C’est vrai ça Margot, raconte un peu, continua Maëlle.
    ̶ Il n’y a rien à raconter, sortez tous d’ici…
    ̶ Mais enfin, ma petite fille…
    ̶ Je ne suis pas ta petite fille, je veux que tu t’en ailles. Toi aussi Marc, tu n’as rien à faire chez moi. C’est fini de toute façon entre nous depuis longtemps.
    ̶ Je t’ai ramené tes sacs…
    ̶ Ils ne sont même pas à moi…
    ̶ Quand même ces petites culottes…
    ̶ Pas à moi, je répète, tu t’es trompée de copine.
    ̶ Oh quelle horreur ! cria Maëlle
    ̶ Et toi, tu n’as rien à dire.
    ̶ Mais je suis ta mère quand même !
    ̶ Non, tu racontes n’importe quoi !
    ̶ Mais… dis-lui Jacques que je suis sa mère …
    ̶ Viens ma chérie… Je suis désolé…
    Il saisit sa femme par la main et réussit à l’entrainer au dehors, prenant bien soin cette fois-ci de ne pas oublier son sac.
    ̶ A ton tour maintenant Marc, dehors !
    ̶ Je voulais te dire …
    ̶ Que tu t’en allais, oui, allez oust !
    ̶ Ne me parle pas comme ça okay ?
    ̶ Oui ? demanda Kais
    ̶ On ne te parle pas à toi, rugit Marc
    ̶ On m’a appelé.
    ̶ Non, on a dit Okay ! compris, O K A Y !
    Margot se prit la tête dans les mains.
    ̶ Regarde ce que tu fais, maugréa Marc.
    Il voulut prendre la jeune femme dans ses bras, mais elle le repoussa durement.
    ̶ Je t’ai demandé de partir, alors pars, dehors, je ne veux plus te voir !
    ̶ T’es sourd ou quoi ?
    ̶ Voilà que ça recommence, le chat maintenant, je l’avais oublié celui-là !
    En effet Grishka sautait de la banquette et le poil hérissé feulait en direction de Marc.
    ̶ Oui, j’ai compris je me barre !
    ̶ C’est pas trop tôt ! lui répondit Margot.
    Il partit en claquant la porte. Elle le rattrapa en lui balançant le sac de lingerie dans l’escalier et lui cria :
    ̶ Tu as oublié ça !
    Et elle reclaqua la porte bruyamment.
    ̶ A nous deux maintenant ! elle sourit à Kais
    ̶ A quand même ! ronronna le chat.
    ̶ Heu… c’est normal qu’il parle ?
    ̶ Mais oui ! ne faîtes pas attention. Ce n’est qu’un chat.
    ̶ Mais justement…
    ̶ Quoi ? Vous trouvez bizarre qu’un chat parle ? Pourquoi ne parlerait-il pas ? Vous parlez bien vous ! Je parle bien moi !
    ̶ Je ne ronronne pas et vous non plus !
    ̶ Si … écoutez… et la jeune femme se mit à murmurer des ronrons dans le creux de l’oreille du jeune homme, elle se frotta contre lui et ses cheveux lui balayèrent le visage.
    Grishka se mit à rire :
    ̶ Hich… Hich… Hich…
    ̶ On dirait le chat dans Cendrillon, dit Kais en le regardant.
    ̶ Lucifer ? Mais non, il est gentil comme tout.
    ̶ Oui mais il rigole…
    ̶ Et alors, vous ne riez pas vous ?
    ̶ Mais ? Vous ne comprenez pas ou vous le faites exprès ? C’est un chat. Un chat ne parle pas, ne rit pas…
    ̶ Oh que vous êtes triste vous !
    Elle attrapa son chat, fourra sa tête dans ses poils et tout en le caressant murmura :
    ̶ C’est la mère Michel qui a perdu son chat … Qui crie par la fenêtre… qui c’est qui lui rendra… C’est moi qui l’ai piqué à la mère Michel ! C’est son chat !
    ̶ Mais … Kais se gratta la tête
    ̶ Et le père Lustucru … lui a répondu… chanta Grishka à tue-tête, votre chat n’est pas perdu …
    ̶ Sur l’air du tralala, sur l’air du… Margot saisit la main de Kais et l’entraina dans une ronde endiablée. Grishka tapa dans ses pattes en cadence et sa queue battait la mesure sur le plancher.

%d blogueurs aiment cette page :