Episode 5 – A toi de jouer ! La folle journée de Margot

La folle journée de Margot

Propositions pour le chapitre 5

Lance toi dans les commentaires pour émettre ta proposition.
Les votes seront comptabilisés au nombre de “cœurs”.

Merci pour votre participation !

 

2+

4 commentaires

  1. Je lance une idée
    Margot explose avec un stop ça suffit ! Elle se met en position de méditation et le chat vient lui masser ou pétrir le dos (comme les chats savent si bien le faire en général sur les jambes) et lui ronronne tout va finir par s’arranger, prends sur toi

    Voilà pour ma participation

  2. – Mais on ne s’en sortira jamais dirent d’une même voix kais et Margot qui se mirent à rire.
    Et là Marc de dire,
    – HE HE moi j’invite personne, je suis venue récupérer mes affaires c’est tout
    et Margot d’un signe de la main lui désigne 2 grands sacs près de la porte d’entée « elles sont là tes affaires ».
    – Mais enfin tu es bien Marc’lex dit maelle et Marc lui répond
    – Mais ça ne vous regarde pas qui je suis , j’vous connais pas, et
    j’suis pas libanais, je n’aime pas dire du mal des gens mais elle est gentille,
    si c est tout ce qu’elle a trouvé pour se faire inviter au resto.
    – Bon ça suffit dit Margot.
    – Oui ça suffit dit Marc en prenant ses sacs, bye bye et à jamais en tournant les talons et en s’éloignant .
    – Grishka d’un bond se mit devant Marc et dit «bon débarras» et retourna se faufiler derrière le canapé sans plus attendre.
    – Marc les yeux grand ouverts ; le chat : “y parle” et là on le voit quitter l’appartement précipitamment sans plus attendre.
    – Ouf pensa Margot.
    – Quel grossier personnage dit Maëlle.
    – Jacques prenant par le bras de Maelle «viens maintenant on va rentrer tranquillement à l’ hôtel et tu vas te reposer ».
    – Mais je ne Suis pas fatiguée lui répond Maelle, j’ai faim et j’ai envie de danser.
    – kais lève les yeux au ciel en regardant Margot.
    – Mais oui, mais oui lui dit Jacques, on va aller manger, ensuite on rentre à l’hôtel pour te changer, « tu vas pas aller danser en jooging ».
    – Ah bah oui dit’elle.
    – Bien, si tout le monde est d’accord pour aller au restaurant dit Margot, alors en route.
    – Et Margot n’oublia pas en refermant la porte de son appartement de faire un clin d’œil à son chat.
    Et tout ce petit se retouve sur le palier, quand un jeune homme s’adressant à Kais
    « j’ai eu du mal à trouver ton quartier »
    – oh mon ami Alex, tu tombes bien on partez déjeuner au restaurant, tu es le bienvenue mais laisse moi te présenter ; Jacques et sa femme maelle
    et ma charmante voisine Margot.
    – Les présentations faites, les voilà en route pour le restaurant.
    – Alors un conseil Alex tu sais que tu ne tiens pas l’alcool, un verre pour toi équivaut à 3 litres, donc pas d’alcool.
    – Ah bon, à ce point là dit Margot
    – oui je vais te raconter, on peut se tutoyer entre voisins.
    – Bien sur dit Margot ravie.
    – Alors voilà quand Alex boit un verre, il commence à avoir chaud, il veut se déshabiller et la dernière fois il est resté planté pendant une demi-heur à parler à un panneau publicitaire.
    – Evidemment tout le monde se mit à sourire.

  3. Une fois tout ce petit monde de nouveau chez Margot, Marc se tourne vers cette dernière.
    — Comme promis, je te ramène ce que tu as laissé chez moi.
    Marc prend son sac à dos et l’ouvre devant lui. Il en sort une nuisette transparente à pois, que Margot s’empresse d’attraper en vitesse, bougonnant contre son ex.
    Mais il ne s’arrête pas là. Un sourire sournois au visage, il commence à lui lancer les strings, soutiens gorges, boite de tampon et autres affaires, plus gênantes les unes que les autres pour la jeune femme. Celle-ci se précipite pour les ramasser, rouge de honte et de fureur.
    — Mais ça ne va pas ?! Arrête !
    Grishka attrape un des sous-vêtements en dentelles dans sa petite gueule et court, se faufilant au travers des bras et des jambes se pressant pour le rattraper.
    C’est finalement Kais qui parvient à saisir le chat par le ventre et le lever au niveau de son torse. Il retire doucement le bout de tissu des dents pointues de l’animal et le regarde, les yeux grands ouverts. Il trouve le regard de Margot, à qui il tend le string tout ce qu’il y a de plus fin.
    — Je… euh… merci Kais. Vraiment, je suis honteuse.
    — Il n’y a vraiment pas de quoi. C’est très joli.
    —C’est vrai ça, intervient Maelle, si ça avait-était la mienne, ça aurait été beaucoup moins sexy !
    Kais se met à rigoler d’un rire grave et Margot pouffa, les joues toujours aussi rouges. Après cet instant d’hilarité, Margot se tourne vers son ex.
    — Tu abuses franchement, tu es invivable, un vrai gamin ! Tu mériterais que je balance tes caleçons et ta console par la fenêtre !
    — Ha ça non ! C’est pas la même chose.
    — Bon, les enfants, arrêtez de vous chamailler, intervient Maelle. Marclex a du travail pour nous cuisiner son plat libanais favoris. Votre père va s’impatienter si nous traînons encore, c’est son anniversaire après-tout !

    ***

    Et là, je verrais bien la proposition d’Isabelle

  4. ̶ Maintenant Maëlle ça suffit ! tonna Jacques, je te ramène à l’hôtel, il faut te faire examiner, tu ne vas vraiment pas bien, je suis inquiet.
    Margot se détendit et pensa que c’en était finie de cette journée de fous. Maëlle se laissa emmener par son mari.

    ̶ A nous deux maintenant, attaqua Marc
    ̶ Comment ça à nous deux ? demanda Kais
    ̶ Comment ça à vous deux ? enchaina Margot
    ̶ Vous n’avez pas bientôt fini ?
    ̶ Qui a parlé ? demandèrent les deux hommes en chœur.
    Margot rougit et ne répondit pas.
    ̶ Vous en faites un bazar ! Je ne m’entends même plus ronronner, c’est un comble ! Bon, Margot, file déjeuner avec Kais chez le libanais et toi Marc du balai. Oust ! Mon poil se hérisse rien qu’à te regarder. Tu n’as jamais su me caresser dans le sens du poil et tu me poussais aux fesses quand je n’allais pas assez vite à ton goût. Tu m’as même coincé la queue dans la porte et un jour tu m’as même accroché une pince à linges.
    Tout en parlant, Grishka se hérissait, ses moustaches frisaient, son dos s’arcboutait, ses oreilles se couchaient, ses yeux étincelaient…
    ̶ Tu lui as coincé la queue dans la porte ? Tu lui as accroché une pince à linge ? Où ? Quand ?
    Margot saisit son chat et le caressa… dans le bon sens du poil.
    ̶ Mais je rêve ? ?? Le chat parle ?
    ̶ Oui, je parle et toi tu vas dégager, je ne t’aime pas et tu n’as jamais aimé ma maîtresse, file.
    Il sauta des bras de sa maitresse et grogna en doublant de volume.
    ̶ Mais qu’est-ce qu’il se passe ici ?
    ̶ Maëlle ???? crièrent-ils tous en chœur sauf Grishka, un chat ne parle pas n’est-ce pas ?

%d blogueurs aiment cette page :