Ecoute ton coeur

Une éternité que je n’ai rien posté. Tu me croirais si je te dis que c’est parce que je pense à toi ! Drôle de paradoxe pas vrai ?

Voilà plusieurs mois que je me disperse mais c’est au final pour mieux revenir. Je prenais ça pour de la procrastination alors qu’en fait je brisais des chaînes que je m’étais infligée. Enfermée dans une boîte, je m’étouffais, il fallait que j’en sorte pour évacuer tout ce que j’ai dans la tête.

Je ne sais plus quand ni à quelle occasion je te disais que je souhaitais faire de la vidéo ou en tout cas de l’animation ; et bien sache que ça se précise sérieusement pour devenir une réalité. Je bosse à fond sur plusieurs projets au point d’en oublier le sommeil (ce qui n’est pas un problème pour moi si tu as appris à me connaître).

À ce jour, j’ai deux « vuouithèque » de retard alors que tout est prêt dans la bécane, ça paraît fou. Je me disais «mais tu merdes à fond Coryne» et je me répondais «non je ne merde pas.  Je veux changer de format de communication, je veux varier les plaisirs, je veux bousculer mes habitudes». C’est comme ça que je me suis jetée à corps perdu dans cette nouvelle entreprise au point de laisser filer le temps.

Il a d’abord fallu que je pense aux différentes informations  que je voulais proposer, à la façon dont je pouvais les présenter, aux compétences et moyens dont je disposais pour tout mettre en œuvre.

C’est une question de quelques jours avant que je revienne avec mes 1000 idées minute, qui pour la plupart n’ont pas de rapport avec l’écriture même si tout reste lié.

À ce sujet, je n’ai pas arrêté d’écrire. Je pensais même avoir terminé l’histoire « réalité chimérique » jusqu’à ce que je me rende compte que mes personnages avaient encore des choses à me dire, à vivre. Je crois que ce sont eux qui, à un moment, m’ont fait comprendre que je devais m’occuper de tout ce qui se bousculait dans mon esprit pour faire de la place. J’hésitais, je culpabilisais jusqu’à ce que je termine par les écouter. En me donnant l’opportunité de me libérer d’elle, mon histoire m’a aidé à ne plus m’en sentir piégée. Si nous nous devons tout l’une l’autre, nous nous devons avant tout le respect et l’honnêteté.

« Réalité chimérique » sera bientôt terminé, vraiment terminé, justement parce que j’ai pu exercer ma créativité sous d’autres formes à côté. Si jusqu’à maintenant ça m’avait paru incompatible, aujourd’hui je peux dire que je suis soulagée. Je ne culpabilise plus, je ne fais plus la course aux nombres de mots au quotidien, je suis descendue de ma roue de hamster. Et ce qui devait être une nouvelle se transforme en petit roman. J’en suis la première surprise et oh combien heureuse.

Si je résume, je garde l’écriture principalement pour mes bouquins, mes histoires, mes textes. Il y aura dorénavant, ici et ailleurs, du texte (un peu), de l’audio, de l’image. 

Je ne cherche pas à être sur tous les fronts, je veux simplement être libre. Une liberté pleine et entière. Je m’autorise à m’éparpiller pour redonner de la vigueur à mon stylo.

Coryne Vezien est auteur et elle est beaucoup d’autres choses encore.

*****

Je constate, après relecture de ces quelques lignes, que j’ai laissé aller mes réflexions telle qu’elles me venaient, tel que j’avais besoin de les exprimer sans me préoccuper de la cohérence du texte. Tu as droit au flux de mes pensées comme elles s’imposaient à moi. Je ne vais rien modifier. Si tu penses que c’est le bordel alors dis-toi que c’est comme ça dans ma tête tout le temps.

0

4 commentaires / Quel est ton avis sur cet article ?

    1. Merci Antoinette. Bientôt, tu pourras me voir, voir mon petit personnage animé, m’entendre aussi…
      Je m’amuse à profusion.
      Quelques derniers réglages techniques et c’est parti mon kiki 😉

    1. Tu sais que je t’aime, toi ?
      Ha ben ça aussi c’est une chanson je crois bien… Y a pas à dire, la musique est bonne 😉 (ok, je sors :p )

La parole est à toi :)

%d blogueurs aiment cette page :