Bilan octobre 2018

Bilan octobre 2018

Le bilan d’octobre est super méga chargé. Je m’en suis aperçue en préparant l’article.
Au menus des livres, des films, des séries. Je vous présente aussi très brièvement l’expo et le spectacle que j’ai loupés 🙁

Vous êtes prêt ? 1, 2, 3 c’est parti !

Livres

On touche à des genres très différents : du thriller à la S.F en passant par le fantastique, je dirais que c’est un mois très intéressant.

La boîte de Pandore - Bernard Werber

L’auteur nous raconte l’histoire d’un homme qui, grâce à l’hypnose, part à la rencontre de ses vies antérieures.

Je ne comprends pas pourquoi ce livre est classé dans les registres Science Fiction et fantastique. Pour moi, c’est un roman qui, à la fin, me laisse un goût de “pourquoi pas”. 
Ce sujet a déjà été utilisé, je pense notamment au film dead again (1991) avec Emma Thomson et Kenneth Branagh.
On sait aujourd’hui que l’hypnose permet ce retour. Et bien sûr, les sceptiques crieront que rien n’est prouvé blablabla. Mais bon, là je m’égare donc je retourne à mes moutons 🙂

La boîte de Pandore est une aventure qui allient spiritualité et anecdotes, connaissances sociologiques, mythologiques, politiques ou culturelles. 

Habituée aux œuvres et à l’ouverture d’esprit de Bernard Werber, je me suis une fois de plus régalée.

Premiers symptômes - Richard Deckard

Richar Deckard, auteur de Science Fiction, nous livre avec Premiers symptômes le premier volet d’une série.  

Cette nouvelle, merveilleusement écrite, nous plonge dans un univers où tout est contrôlé. Dépossession de soi, appels à la consommation incessants, perte du libre arbitre, jusqu’au jour où… 
Cette histoire m’a fait froid dans le dos parce que je me suis dit que ce monde terrifiant n’était peut-être pas si improbable. 

J’aimerais vraiment en dire davantage mais ce serait gâcher votre plaisir d’immersion dans cette lecture que je vous conseille vivement.

 Je vous invite à découvrir l’auteur qui n’en est pas à son coup d’essai, loin de là !
Vous pouvez aussi le suivre sur son site , au contenu dense et varié. Il fait parti de mes coups de cœur 2018.

Pour ma part, j’attaque Ultime migration en Novembre 😉

La quatrième dimension - Robert Bloch

Robert Bloch a réuni quatre nouvelles tirées de la série télévisée. Êtes-vous de ceux qui la suivaient ? 

C’est en 1965 qu’elle est diffusée en France pour la 1ère fois. Je la découvre en 1984 et en garde un excellent souvenir au point de faire l’acquisition du livre trente ans plus tard.

Voilà le résumé de ce que le lecteur peut y trouver :

La quatrième dimension ? Un royaume sans frontière, un univers crépusculaire, le domaine mystérieux de l’imaginaire où tout peut arriver.
Bill n’a pas à se plaindre de la vie et cependant il déteste tout, absolument tout ! Avec tant de hargne et de rage qu’il se retrouve projeté dans un passé atroce, aux sources mêmes de sa haine… Tandis que son avion traverse une tempête, Valentin aperçoit un monstre accroché à l’un des réacteurs. Il est seul à le voir… Anthony, jeune fan des jeux vidéo, se découvre un pouvoir mental qui pourrait mettre le monde à sa merci… Un homme d’âge mûr se rend dans une maison de retraite et se transforme en Peter Pan…

J’ai lu une critique  négative sur ce livre en surfant sur le net. Je pense que celui qui a écrit que “ça ne casse pas trois pattes à un canard” ne connaît pas la genèse de ces nouvelles et est passé à côté de l’essentiel.
Car, même si ça semble désuet aujourd’hui, il ne faut pas perdre de vue que de nombreux auteurs de S.F ou d’histoires fantastiques se sont inspirés de Robert Bloch (auteur de psychose pour ne citer que cette oeuvre) et de la quatrième dimension.

J’ai eu un plaisir immense à me replonger dans ce monde surnaturel tantôt effrayant, tantôt drôle, tantôt émouvant.

Gwendy et la boîte à boutons - Stephen King, Richard Chizmar

Et oui, encore lui ! On est fan ou ne l’est pas…

Gwendy et la boîte à boutons est une nouvelle qui se lit rapidement. On y retrouve tous les ingrédients du Maître : un personnage énigmatique, un cadeau empoisonné (?), le bien et son contraire, la légendaire ville de Castle Rock (que tous les fans rêveraient de visiter…).

L’histoire peut sembler gentillette aux premiers abords mais si on y réfléchit bien, elle pourrait tourner à la catastrophe et nous faire trembler de frayeur. Tout dépend de qui détient la boîte à boutons 😉

Bien que ce soit une écriture à quatre mains j’ai, tout du long, lu du King et rien que du King.

Le manuscrit inachevé - Franck Thilliez

Un roman à la façon poupées russes où  il revient au lecteur d’en découvrir la fin grâce à des indices éparpillés ici et là !  Franck Thilliez nous entraîne au fil du récit dans une mise en abyme machiavélique.

Le manuscrit inachevé porte bien son nom excepté pour les plus courageux qui se prêtent au jeu et acceptent de porter la casquette de détective 😉

Si vous me demandez si j’ai résolu l’énigme des palindromes, la réponse est : mais heu !

Films

Volontaire

En surfant sur le net, j’ai lu des commentaires qui m’ont bien fait rire.  Si on vire les fameux “nul” et “perte de temps” on trouve à plusieurs reprises “film de propagande pour les marines.” Et là, je comprends ce que ça donne quand les gens bas du casque ne comprennent rien à ce qu’ils voient et s’arrêtent bêtement à un costume. 

En réalité Volontaire est une histoire d’amour (impossible ?) entre une jeune recrue et son commandant. Les ambitions de la jeune élève naîtront de ce sentiment amoureux pour exister aux yeux d’un seul homme. Rien n’est dit, tout est sous-entendu.

Beaucoup d’émotions dans ce film. 

Un 22 Juillet

Ce film nous plonge complètement dans l’horreur des attentats qui ont frappés la Norvège en 2011. Un seul homme, pro-nazi, pour 77 victimes.
On a accès à tout : les attaques, le procès du terroriste, la réadaptation d’un des rescapés de la fusillade. 

Un 22 juillet est prenant, intense, puissant et parfaitement traité.

Pour les plus aguerris, j’ajoute que la mise en scène est de Paul Greengrass (Bloody Sunday et Vol 93).

Séries

— Je commence par présenter les séries pour lesquelles j’ai vu la totalité des épisodes. —

Insoupçonnable

J’ai commencé de regarder Insoupçonnable sans savoir qu’il s’agissait du remake américain de The Fall (dont j’ignorais l’existence) avec  Gillian Anderson et Jamie Dornan.

Quand je l’ai su je n’ai pas voulu me laisser influencer par les critiques afin d’apprécier (ou non) l’histoire, la mise en scène et le jeu d’acteurs de la reprise française.

Voilà, voilà…
j’ai tenu parce que je voulais savoir si le serial killer se faisait choper et comment, l’intrigue n’est pas mauvaise.
Pour le reste, j’ai trouvé que c’était un peu mou du genou. Je ne dis pas que c’est mal joué, juste que c’est mou.
J’ai bien conscience que ça reste ultra subjectif comme avis 🙁

The Haunting of Hill House

Incroyable, parfait, grosse claque… voilà les premiers mots qui me viennent pour The Haunting of Hill House
Les termes “maison hantée” et “fantômes”, dans le synopsis, avaient suffit à éveiller ma curiosité. 

Gourmande de films d’horreur et souvent déçue depuis L’exorciste, je ne m’attendais pas à une telle réussite du genre et encore moins venant d’une série.  
Frissons garantis pour cette histoire qui mêle épouvante et drame familial.
Les acteurs, adultes et enfants, sont excellents. La mise en scène est superbe et l’intrigue prenante à souhait.

J’ai appris, inculte que je suis, que l’auteur Shirley Jackson avait écrit le livre en 1959.
Il ne me reste plus qu’à le trouver en édition française pour que je me régale de cette histoire sous sa forme première 🙂

— Passons aux séries en cours de diffusion et que j’attendais impatiemment 🙂 —

American Horror Story - Saison 8

Chaque saison est une nouvelle histoire, un nouvel univers, une nouvelle “horreur”(je mets intentionnellement le mot horreur entre guillemets).

Dans ces huit saisons j’ai mes préférences mais je reconnais que les deux qui ne m’ont pas convaincue ont, à un moment ou un autre, su me captiver pour tel ou telle visuel ou morceau de scénario. 
Cette année le sujet est l’apocalypse, comme son titre l’indique. À la suite d’une terrible apocalypse, quelques “élus” triés sur le volet survivent dans un bunker protégé. Alors que les tensions montent, une question hante les esprits : le véritable enfer est-il à l’extérieur, dans le désert nucléaire, ou avec eux, dans cet inquiétant lieu clos ?
Je suis entrée dans l’histoire sans forcer dès les premiers épisodes. Puis, roulement de tambour, redistribution des cartes et boum badaboum crossover avec les saisons 1 et principalement la 3. Nous revoilà donc en compagnie des sorcières de la Nouvelle-Orléans 😀
J’attends de voir où tout ça nous mène même si les sorcières me… gonflent un tantinet.

Je me fais plaisir, j’ajoute un bonus pour les accros comme moi et pour les autres aussi 🙂

Point important qui fait la magie de la série : Les génériques.
Je suis simplement accro à chacun d’entre eux. Une mise en image et une bande son qui donnent le ton. 
Pour moi, chaque générique est une oeuvre d’art à l’état pur
Si je précise qu’ils sont tous dans ma playlist au format mp4, je passe pour une psychopathe à tes yeux ?  😐

 

 

 

 

 

 

How to get away with murder - Saison 5

J’ai découvert la série il y a trois ans de ça et je me suis attachée aux personnages.

Une avocate de renom, une poignée d’élèves sous son aile et quelques sbires qui bossent pour elle/eux.
Le monde merveilleux de la justice qui trempe les mains dans le sang et dont les crimes restent impunis. On y comprend tout l’intérêt d’être très bien entouré 🙂

Mr Mercedes - Saison 2

Bonne adaptation du livre du même titre de Mr King : un jeu du chat et de la souris entre un dangereux criminel et un flic à la retraite.

Aussi agréable à lire qu’à regarder 🙂

Expo & Spectacle

Je me suis réveillée un peu tard pour voir ce que je vais présenter maintenant. J’ai pourtant reçu le programme de l’année pour les expos et activités de la ville mais je n’avais rien noté dans mon agenda 🙁
En ce qui concerne les spectacles proposés au Welcome Bazar je n’ai pas le réflexe de regarder leur programmation. C’est dommage, ce café spectacles est une mine d’or, tant par l’ambiance du lieu que par tout ce qu’il offre aux artistes en tout genre. 
Résultat, si j’ai tout loupé, c’est de ma faute :p

Exposition Érotisme : 15 artistes sont venus exposer leurs œuvres sur le sujet. 
J’espère qu’il y aura un encart dans le journal de la commune pour me faire rager un peu plus d’être passé à côté :/

Spectacle : Qu’est-ce qu’on bouffe ?
Pas facile d’organiser un repas quand vos invités sont musulmans, allergiques aux poissons, maniaques de la diététique, enceintes, et surtout quand les hôtes sont amoureux de viande rouge ou véganes confirmées !

Ça promettait d’être drôle… tant pis.

Je vous retrouve en novembre pour mon prochain bilan 🙂

En attendant, je vous souhaite d’agréables lectures, de bons films, de bonnes expos, bref d’excellentes vuouïthèques 😉

Et n’hésitez pas à nous partager votre/vos avis sur ces livres, films, série ou de nous parler de vos découvertes. 🙂

0

Fibromyalgie

Fibromyalgie

Maladie invisible, douleurs chroniques voilà qui résume, très succinctement, ce qu’est la fibromyalgie dont je souffre depuis bientôt cinq ans.

Non, non, je ne fais pas un article larmoyant. Ce serait plutôt tout le contraire.  J’ai appris, avec le temps, à tirer le positif de chaque situation difficile, voire insurmontable pour certaines d’entre elles.

 

La douleur est réelle

si la fibromyalgie était visible

Alors oui, la douleur physique est constante. Les moments de répits sont rares et ô combien appréciés.
Comme les yeux extérieurs à mon corps ne perçoivent pas ma souffrance pour les gestes les plus simples, j’ai appris à serrer les dents et à me débrouiller seule.
Pas de chance pour moi, les membres supérieurs sont les plus atteints : de chaque phalange aux épaules en passant par tous les muscles, ligaments et articulations qu’il y a entre… (entendre poignets, coudes). Les membres inférieurs et le dos me permettent de marcher une bonne grosse demi heure. Si, comme dans la majorité des cas, j’insiste plus longtemps je peux vite passer pour la bourrée du coin.

 

 

Je suis vivante !

Je ne peux plus faire grand chose, cependant je me concentre sur ce que je peux faire !

  • Lire. J’ai depuis plus de quatre ans opté pour des e-books, ne pouvant plus tenir de livre dans mes mains,
  • Regarder des films et autres séries.  Le cinéma (rare) et le streaming sont mes alliés. Pour info, je ne regarde jamais la télé simplement parce que je ne supporte pas l’idée de devoir suivre un programme dicté par je ne sais qui. Je regarde ce que je veux, quand je veux !,
  • écrire.

Écrire ??? Oui, à mon rythme.
Puisque secrétaire de métier, j’ai longtemps utilisé mes dix doigts pour taper au clavier. Aujourd’hui, quand la douleur se fait trop sentir, je me contente de l’index pour flirter avec les touches.
Si mes idées fusent plus vite que mes capacités ou que le mal est synonyme de torture alors j’utilise un logiciel de reconnaissance vocale tel que speechnotes . C’est pas l’idéal mais ça me permet d’avancer et de voir mes textes progresser.

Je ne me plains pas pour la simple et bonne raison que je peux encore faire ce que j’aime.

 

#Jet d’encre 3

0

Bilan septembre 2018

Bilan septembre 2018

Vous êtes prêts pour le bilan de septembre ? Parfait parce que ce mois-ci je vais parler livres, films et séries. Beaucoup de King mais pas que (ouf !).

 

     Livres

Deux bouquins du Maître ! Trop, c’est trop, dois tu te dire. Je vais donc m’expliquer.
Oui, j’ai une affection toute particulière pour cet auteur et  j’ai enfin trouvé LE livre qui me fâche.

Sleeping beauties - Stephen King

Plus de trois semaines pour lire cette histoire. L’idée de départ est excellente et donne à réfléchir. 
Comment tournerait le monde si toutes la gente féminine du monde s’endormait sans pouvoir être réveillée ? Voilà un thème bien sympathique.
Oui, mais…
Comme dans Le Fléau, Sleeping beauties est truffé de personnages. Bien sûr, ils servent l’histoire excepté les deux frangins sortis de nulle part (ou presque) dont on aurait pu se passer. Parce que qui dit personnages supplémentaires dit raconter leur passé en sus de l’histoire principale. 
Mais en réalité c’est l’histoire de chaque personnage qui est racontée ainsi que les interactions entre les uns et les autres et moi ça a très vite finit par me gonfler. Par moment j’ai eu le sentiment de lire du remplissage. :'(

Ce livre est ma première grosse déception du King. J’aurais presque honte de le dire tant ce bouquin est adulé des lecteurs (et que dire des fans ?!).
Que diantre ! Mon opinion m’appartient et je l’assume pleinement. C’est bon aussi d’être en désaccord, ça permet d’entamer un dialogue, un débat dès lors qu’on est face à un esprit ouvert 😉 

Chambre 1408 - Stephen King

Fan absolue du film La chambre 1408 j’ai eu l’envie de lire la nouvelle dont il est tiré. 
Honnêtement, j’ai ressenti une très grande frayeur durant ma lecture. Ça ne m’était jamais arrivé avec un bouquin.
Tout le passage où Olin, directeur de l’hôtel le Dolphin, explique pourquoi c’est une erreur monumentale que de vouloir séjourner dans la fameuse chambre 1408 à  Mike Enslinde, auteur de séries de livres sur les lieux supposés hantés, est purement et simplement terrifiante. 

La nouvelle est courte et ô combien efficace !
Il ne m’en fallait pas davantage pour me rabibocher avec le Maître 🙂

     Films

Les deux films dont je parle aujourd’hui sont tirés de la réalité.
L’un est historique, l’autre une ignominie.

BlacKkKlansman - J'ai infiltré le Ku Klux Klan

Si je dis KKK, tout le monde voit de quoi que je cause ?
Mais si ! Ces hommes, vêtus d’une longue robe blanche et de leur capirote (genre de cagoule), qui brûlent de grandes croix et font la course aux noirs et aux juifs (entre autre).

Imagine maintenant que ce clan soit infiltré par un flic de couleur aidé de son collègue de confession juive. Ça prêterait presque à rire tant ça semble improbable. Et pourtant, c’est arrivé.
Ce film en retrace l’histoire sans entrer dans le pathos ni esprit de vengeance. 

Strangers: Prey at Night

Ouch ! Comment c’est possible ? a été ma première réaction.
Bien sûr c’est romancé mais tout de même. La violence gratuite dont le seul but est de tuer pour… s’occuper ! Whaou ! Comment en est-on arrivés là ?

Ce film m’a pris aux tripes tout du long. Mon esprit n’arrive toujours pas à concevoir que ça puisse être vrai, même en partie.
Excellente prestations des acteurs.

     Séries

Castle Rock - saison 1

Castle Rock

Adoratrice de(s)l’univers de Stephen King, je ne pouvais pas passer à côté de la série annoncée depuis un bail.

Castle Rock n’est pas une adaptation directe d’un livre du Maître de l’horreur. Le projet de Sam Shaw et Dustin Thomason pioche un peu partout dans son oeuvre, pour fabriquer une histoire originale.
[…] Il n’est pas indispensable d’être un mordu des livres du King pour apprécier Castle Rock et son ambiance morbide à souhait. Ceci étant dit, la série a été clairement pensée pour les fans du Maître et eux seuls pourront apprécier la pleine mesure des références glissées dans chaque plan ou presque.
Sources : Première

J’avoue avoir eu du mal à entrer dans l’histoire. Les trois premiers épisodes ont été un supplices pour moi. S’il n’y avait pas eu toutes ces références à l’oeuvre de l’auteur, j’aurais peut-être abandonné la série. Mal m’en aurait pris parce qu’une fois embarquée je voulais connaître la fin !!! 
Maintenant je suis dans l’attente de la saison 2 🙁

Je vous retrouve en octobre pour mon prochain bilan 🙂

En attendant, je vous souhaite d’agréables lectures, de bons films, de bonnes expos, bref d’excellentes vuouïthèques 😉

Et n’hésitez pas à nous partager votre/vos avis sur ces livres, films, série ou de nous parler de vos découvertes. 🙂

0

Introspection

Introspection

 

L’enfant que j’étais me dirait :

“J’ai cru en toi.
J’avais mis tous mes espoirs en toi.
J’étais sûre que tu vaincrais toutes mes peurs. Toutes mes peurs.
Je ne doutais pas que tu puisses réaliser mes envies, mes rêves.
Je te voyais tellement forte, tellement libre, tellement une autre que moi.

Souviens-toi, j’avais de beaux et grands projets pour moi.
Qu’en as-tu fais ?”

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

0